EVANGELIO DEL DOMINGO
"Te seguiré donde quiera que vayas". San Lucas 9, 51-62.

miércoles, 8 de enero de 2014

C'EST MOI, N'AYEZ PAS PEUR!

 « L’Évangile D’Aujourd’hui » : 
Marc 6, 45-52
Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

Aussitôt après avoir nourri la foule, Jésus obligea ses disciples à monter dans la barque et à le précéder sur l'autre rive, vers Bethsaïde, pendant que lui-même renvoyait la foule.
Quand il les eut congédiés, il s'en alla sur la montagne pour prier.         
Le soir venu, la barque était au milieu de la mer et lui, tout seul, à terre.           
Voyant qu'ils se débattaient avec les rames, car le vent leur était contraire, il vient à eux vers la fin de la nuit en marchant sur la mer, et il allait les dépasser.         
En le voyant marcher sur la mer, les disciples crurent que c'était un fantôme et ils se mirent à pousser des cris, car tous l'avaient vu et ils étaient bouleversés. Mais aussitôt Jésus leur parla : « Confiance ! C’est moi ; n'ayez pas peur ! »   
Il monta ensuite avec eux dans la barque et le vent tomba ; et en eux-mêmes ils étaient complètement bouleversés de stupeur, car ils n'avaient pas compris la signification du miracle des pains : leur cœur était aveuglé.
Acclamons la parole de Dieu.

RÉFLEXION

L'essence du christianisme est la relation entre la foi et l'amour. La foi et l'amour qui se professent et qui se vivent à travers des gestes créatifs  et concrètes en faveur des autres. Cette pratique permet la vie de la communauté et le développement harmonieux du bien commun. L’Évangile d’aujourd’hui contraste l'amour et la peur. Jésus vient à guérir la foi des personnes qui tentent de s'approcher de Dieu motivées par la peur de l’inconnu et le non maîtrisé. Jésus nous montre le Dieu amour. Par conséquent, leur présence est plein d'actions d'amour inconditionnel en faveur les nécessiteux.

Ce que nous appelons miracles ne sont plus que des actes d'amour, de compassion et de service à l'humanité, qui cherche à transformer le concept d'un Dieu vengeur et punitive pour un Dieu aimant et bon qui, fera tout pour la sauver. Si nous ne sommes pas en mesure de visualiser Dieu comme celui qui est amour et miséricorde, la peur tuera la possibilité d'accéder à leurs promesses. Si Jésus apporte le pain pour tous, s’il s'approxime à ses disciples en détresse, en lutte contre les tempêtes, c’est pour le faire savoir qu’ils peuvent avoir confiance et poursuivre sans peur l'exercice de la vie. Il est présent, Dieu est là pour soutenir et garantir la vie.


« Confiance ! C’est moi; n'ayez pas peur ! ».  Jésus n'est pas un fantôme, il est vivant.  Il ne vient pas pour effrayer ou pour demander une rendissions de compte. Jésus vient pour calmer la tempête et faire diminuer toute les causes de souffrance et d’inquiétude. Il n’est pas nécessaire de se méfier de Dieu, on doit accepter d’être aimé et protégé par lui. Une fois encore, nous sommes invités à accepter avec joie et confiance l’Emmanuel, le Dieu avec-nous, venu pour guérir la peur qui nous inflige la réalité peu favorable. Demandons à Jésus de nous accorder son Esprit pour vaincre la peur et grandir dans la foi et la confiance.

No hay comentarios.:

Publicar un comentario